Chronique des évènements mondiaux : 1. L'italie en détresse

L’Italie en détresse

     Vers 200 av JC, Rome commençait à constituer son empire au-delà de son territoire. Vers 476 après JC, Rome avait une unité politique sous le commandement de l’Allemand Odovacer, puis sous les Ostrogoths. En 554 Rome était conquis par l’Empire Romain Oriental mais après l’invasion des Lombards en 568, la région se désintégrait en petits états féodaux compétitifs. Au Moyen-Âge, le titre de roi d’Italie était un honneur peu significatif dans le Saint Empire Romain.

     Il y eut une forte pression vers l’unification italienne après la vague de révolutions libérales en Europe en 1848. En 1859-1860 une série de plébiscites votèrent pour la réunification, ce qui fut achevé par l’intervention militaire depuis le royaume du Piedmont. Le Royaume d’Italie fut officiellement proclamé le 17 mars 1861 à Turin à 11H29’20’’ pm Gmt, lorsque la Gazette Officielle du royaume d’Italie publia la loi par laquelle le roi Victor Emmanuel II du Piedmont assumait pour lui et ses successeurs le titre de roi d’Italie. Il reste que 00H00 (minuit) peut avoir une valeur symbolique en rapport avec le principe général que les lois promulguées dans la Gazette prennent effet à 0 heures.

     La ville de Rome autrefois gouvernée par la papauté avait été attaquée par les troupes italiennes le 20 septembre 1871 et occupée le 23. Victor-Emmanuel entra à Rome le 2 juillet 1871 à 12h30 accueilli par des foules en liesse et des banquets publics. C’était le début cérémonial à comparer avec le commencement légal du 17 mars 1861.

     Le thème de la République Italienne est daté du 10 juin 1946 après l’abdication du roi Victor-Emmanuel en faveur de son fils Humbert. Le roi était réputé avoir collaboré avec Mussolini. Le 2 juin un référendum avait produit une majorité en faveur de l’abolition de la monarchie. Humbert dut accepter et partit en exil le 13 juin. (N, Campion, The Book of World Horoscopes, 1988, p.167-169). C’est ce dernier thème que nous examinerons.

     En effet la Banque Centrale Européenne(BCE) exige le démantèlement de l’État italien. L’outrecuidance de MM.Trichet et Draghi, l’actuel et le futur dirigeants de la BCE, est proprement incroyable, déclarait Jacques Cheminade à Paris le 9 août dernier. (Nouv Solid 26 août 2011, p.3) Dans une lettre qui devait théoriquement rester secrète, ils imposent à l’Italie un véritable programme de gouvernement ultra-libéral, équivalant à la mise sous tutelle d’un État souverain comme le faisait l’Empire britannique au 19e siècle. Cette lettre fournit non seulement une liste de mesures de « libéralisation de toute la structure de l’économie italienne » mais aussi le calendrier pour leur application et même les outils législatifs à utiliser. Ainsi le gouvernement est invité à agir par décrets, mode plus efficace que le débat parlementaire.

     Sur le fond, la BCE exige une réforme du marché du travail avec moins de rigidité sur les contrats à durée indéterminée (…) et une modification d’un système fondé sur l’extrême  flexibilité des jeunes et des précaires, face à une totale protection des autres. Cela comprend un assouplissement du droit de licenciement. En outre la BCE veut que les mesures d’austérité votées par le Parlement italien pour 2014 soient appliquées en 2013 et que les sociétés municipales qui gèrent la collecte des déchets, les transports publics et la distribution de l’électricité et du gaz soient privatisées. De plus alors qu’un référendum a décidé que la gestion de l’eau serait municipalisée, la BCE exige qu’on fasse le contraire. Enfin elle exige que l’équilibre budgétaire devienne la règle d’or de la Constitution.

     Or on sait que les renflouements bancaires et les mesures d’austérité ne sont pas une solution; on le voit bien avec la Grèce à qui on a offert 3 fois des prêts importants. Elle n’y peut pas.

     Le gouvernement italien a protesté mais il se trouve obligé de s’incliner devant cette dictature financière de l’UE et ses hommes sans foi ni loi. Les dirigeants européens ont déclaré que l’implication des banques privées dans l’assistance à la Grèce resterait un cas unique et ne saurait constituer un précédent. Berlusconi, coincé entre le peuple furieux et la Banque Central a démissionné le 12 novembre et Mario Monti a pris sa charge, nommé par le Président Giorgio Napolitano. Monti est un technocrate qui a été un commissaire de l’EU et un conseiller de Goldman Sachs et président de la Commission Trilatérale. Ne suivant aucune procédure constitutionnelle, Napolitano a préparé ce nouveau gouvernement depuis plusieurs mois. Il fut un de ceux qui présidaient au Comité des Affaires Constitutionnelles pour la formation de l’Europe Unie entre 1999 et 2004

     Il faut surtout savoir comment ce changement fut amené. Suivant l’annonce d’un référendum en Grèce (qui n’a pas eu lieu), les marchés financiers ont lancé une attaque spéculative massive sur les bons du Trésor italiens et les actions bancaires. Le 1er novembre, la Bourse de Milan tomba de 6.8% avec des grosses banques telles Intesa Sanpaolo plongeant de 15.8% et Unicredit de 12.4%. Pis encore, des rendements sur des bons de 10 ans montèrent à 6.34%, tout près du 7% considéré insoutenable. L’EU demanda un changement de gouvernement en Italie sinon les marchés puniraient le pays. Le 9 novembre, les rendements montèrent à 7.5% et les actions chutèrent et le ‘holding’ de Berlusconi, Mediaset, fut pris par deux fonds : Black Rock et Mackenzie Cundill Investment. Les rumeurs disent que c’est Goldman Sachs qui a mis en marche la vente des bons italiens.

     Si on regarde le thème de la République d’Italie de 1946, nous voyons en transit Neptune, son maître de V en XI, opposé à son MC, du 12 septembre au 4 janvier 2012 : on spécule contre le pays pour lui soutirer ses richesses entres autres en privatisant ses ressources; pendant ce temps Pluton fait carré à leur Neptune jusqu’au 22 novembre : ce coup spéculatif se fait avec l’assentiment du représentant du peuple. De plus Uranus en V forme un carré à leur Mercure en maison VIII et Uranus est au radical maître de IV en VIII : on vole leur propriété, leur nation depuis le 31 mars au 16 avril, puis du 11 octobre au 11 novembre et enfin du 8 janvier au 5 février 2012. Uranus passera ensuite à l’opposition de Neptune et au quinconce de la Lune, réveillant la collectivité vers l’émeute et la confusion devant l’austérité. L’austérité et la faillite sont manifestées en clair par Saturne en conjonction à leur Jupiter, maître de II  carré Vénus et Saturne (représentant la BCE car maîtres de III et de VII-XII);  mais trigone Uranus/Soleil/Nœud Nord : certaine élite s’enrichira dans le processus bien évidemment.

     En directions symboliques, il y a le Soleil conjoint Mars à 65 ans suivant Jupiter conjoint Nœud sud à 63 ans : donc depuis 2 ans que l’Italie essuie un revers financier. Mais le Soleil conjoint Mars où le maître du MC est assailli par celui de la 6e peut indiquer la révolte violente des travailleurs contre leur président.

     À 67 ans, en 2013, ce sera Uranus, maître de IV sur Mars, entraînant tout le pays contre leur chef et le renversant.

     Soleil sur MC en 2015 et Uranus sur MC en 2017 conduit à un nouveau chef et un nouveau pays.

     MC sur la Lune à 66 ans ou 2012 indique un chaos à travers toute la population contre les lois (Pluton en IX) et contre le pouvoir de l’oligarchie financière d’Uranus  car la Lune est carré Pluton et sexqui-carré d’Uranus au natal.

     Ensuite Mars sur Lune en 2016 montre qu’il y a encore bien de la colère et des protestations violentes des travailleurs et des étudiants, des jeunes car Mars est maître de V et VI.

     Il y aura Pluton sur Jupiter à 68 ans en 2014 : renouveau financier avec des lois sévères.

     On peut continuer avec Saturne sur Neptune à 72 ans et Vénus sur Neptune à 74 ans mais arrêtons-nous ici pour le moment. Il y a déjà beaucoup à vivre et à traverser.


Denise Chrzanowska