Thèmes diurnes et thèmes nocturnes : Camille Claudel et Auguste Rodin

Thèmes diurnes et thèmes nocturnes :

 

 Camille Claudel

 

 

Le présent article vise à présenter un survol de la théorie des thèmes diurnes et thèmes nocturnes, appelés "planetary sect" par Robert Hand. Cette théorie, tombée en désuétude avec l'avènement de l'astrologie moderne, a été reprise avec vigueur par certains astrologues contemporains, en particulier ceux qui se sont penchés sur les documents anciens qui nous sont à nouveau accessibles. Un peu plus loin, nous présenterons le thème de Camille Claudel, dont le thème est nocturne. Dans un deuxième temps, nous présenterons celui d'Auguste Rodin, thème diurne.

 

Bien évidemment, un thème diurne est un thème dont le natif est né entre le lever et le coucher du Soleil. Un thème nocturne est un thème dont le natif est né entre le coucher et le lever du Soleil. Visuellement, il est facile de départager ces deux types de naissance, puisqu'une naissance diurne présentera un Soleil sis entre la maison VII et la maison XII, soit en secteur diurne. Quant à une naissance nocturne, elle présentera un Soleil sis entre la maison I et la maison VI, soit en secteur nocturne.

 


Pour les Anciens, cette distinction était primordiale.  Elle permettait d'évaluer, sur un simple coup d'œil, les forces naturelles du natif. Elle permettait aussi de savoir quelle planète jouerait le rôle le plus maléfique dans sa vie.



   


Cette gravure ancienne nous éclaire davantage. Un personnage à deux têtes, représentant une nativité diurne avec le Soleil et une nativité nocturne avec la Lune, indique deux autres planètes qui prennent du relief: pour la naissance diurne,

Jupiter et Saturne; pour la naissance nocturne, Vénus et Mars.

 

Voici l'explication de cette répartition, que le lecteur peut retrouver dans le Tetrabiblos de Ptolémée, livre I, chap. 5 et 6 : Le Soleil, Jupiter, Mars et Saturne sont traditionnellement considérés des planètes masculines ; la Lune et Vénus sont traditionnellement considérées des planètes féminines. Quant à Mercure, sa nature diurne ou nocturne dépend de sa position par rapport au Soleil. En tant que Prométhée ou étoile du matin (avant le Soleil), il est diurne; en tant qu'Epiméthée ou étoile du soir (derrière le Soleil), il est nocturne.

 

Les planètes diurnes Soleil et Jupiter ont donc été retenues, en y ajoutant le maléfique et froid Saturne. Il sera ici réchauffé par le Soleil et Jupiter, ce qui neutralisera dans une certaine mesure son influence néfaste. Quant aux planètes nocturnes Lune et Vénus, on leur a adjoint le maléfique Mars qui produit la sécheresse. Ainsi, Mars peut bénéficier de l'humidité des deux planètes féminines et son action desséchante est également neutralisée !

 

Une naissance diurne mettra donc en relief le Soleil, Jupiter et Saturne; une naissance nocturne mettra en relief la Lune, Vénus et Mars. D'autres considérations viendront rehausser ou diminuer l'influence de ces alliés naturels, mais nous ne les exposerons pas ici, sauf dans l'analyse des thèmes de Camille Claudel et d'Auguste Rodin. (Nous vous renvoyons au livre de Robert Hand, qui est explicite à ce niveau.[1]) Le corollaire est également vrai, à savoir que les planètes diurnes voient leur influence réduite dans un thème nocturne et vice versa. Sauf pour les deux maléfiques, Mars et Saturne, dont le caractère maléfique est accentué, en cas d'inversion.

 

Voyons maintenant le thème de Camille Claudel, puis, en deuxième partie, celui d'Auguste Rodin. L'application de la théorie des thèmes diurnes et nocturnes ou "planetary sect" viendra expliquer certaines incongruités présentes dans les deux thèmes, l'un vécu, contre toute attente, dans la misère et la folie, l'autre, contre toute attente également, dans le confort bourgeois et la gloire.




Camille Claudel

 

Elle est née le 8 décembre 1864  vers 05h00 du matin, heure locale, à Fère-en-Tardenois, France. Nous avons ici un thème nocturne. La domification utilisée est celle de Regiomontanus. Egalement, pour demeurer fidèle à l'optique traditionnelle, seul le septenaire connu des Anciens sera illustré.

 

Ce qui frappe en premier lieu, c'est la présence de la puissante conjonction Soleil - Jupiter en Sagittaire en maison II. Cette conjonction, qui reçoit un trigone de la Lune en maison V, est porteuse de la promesse d'élévation et de croissance matérielle, à travers la création. Or, il n'en fut rien !

 

Rappelons brièvement les faits concernant la vie de Camille Claudel. Elle naît dans un milieu aisé. Très tôt, elle affiche ses talents de sculpteure en façonnant des statuettes dans la glaise. Elle suit des cours avec le sculpteur local ; en 1881, à 17 ans, par la force de sa volonté  indomptable et la complaisance de son père, elle entraînera sa famille à Paris, à  l'exception du père, demeuré sur son lieu de travail ; elle s'inscrira à une école d'arts. Son professeur la confie à Auguste Rodin en 1883 ; ce dernier est ébloui par sa beauté et sa précocité. Malgré le fait que Rodin ne soit pas libre (il vit avec sa concubine, Rose Beuret, qu'il mariera d'ailleurs peu avant sa mort), les deux artistes deviennent amants. En 1892, Camille subit le drame d'un avortement ; elle décide de rompre avec Rodin. De 1893 à 1905, Camille créera ses plus belles œuvres. Elle s'affranchit de l'influence du maître et crée son propre style. Mais elle vit en recluse, sur le seuil de la pauvreté, rognant sur ses maigres économies pour acheter du marbre. En 1906, lorsque son frère Paul Claudel part pour la Chine (il deviendra un poète et un dramaturge connu), la raison commence à vaciller et Camille détruit une partie de ses œuvres : elle brise ses plâtres à coups de marteau et brûle ses toiles. Un diagnostic de schizophrénie paranoïde  sera émis par un médecin. En 1913, au lendemain de la mort de son père qui l'avait toujours protégée, sa mère la fait interner. A quelques reprises, l'asile recommandera de la libérer, mais son frère Paul, devenu tuteur de sa sœur, ainsi que sa mère, feront la sourde oreille à cette proposition. Camille, toujours institutionnalisée, mourra en 1943 à l'âge de 78 ans. Son corps, que la famille ne réclama pas, fut porté dans une fosse commune. Aujourd'hui, les critiques d'art sont unanimes pour souligner non seulement son importante contribution à  l'œuvre de Rodin, mais aussi le génie personnel du grand sculpteur que fut Camille Claudel. Selon les mots mêmes d'Auguste Rodin: "Je lui ai montré où trouver l'or, mais l'or qu'elle a trouvé est bien à elle."[2]

 

Analyse du thème nocturne de Camille Claudel

 

Si on revient à nos considérations premières, les planètes nocturnes, donc plus influentes dans ce thème nocturne, sont la Lune, Vénus et Mars. Le vécu de l'artiste souligne cette Lune qui se déploie, soutenue par Jupiter en domicile conjoint au Soleil ; elle est expressive et même intempestive, en Bélier et en maison V. Il est clair que c'est une Lune qui n'a pas été nourrie, pas plus que n'a été nourrie Vénus, dont nous verrons plus loin les frustrations affectives. Il est d'ailleurs notoire chez les biographes de Camille Claudel que sa mère n'a eu que des rapports froids avec sa fille, rapports dictés par la désapprobation. La Lune qui se déploie, donc, dans ce thème nocturne, nous rappelle Artémis courant librement dans la nature sauvage. L'enfance et l'adolescence de Camille ont été vécues sur ce mode. En effet, de la glaise rouge se trouvait sur les terres avoisinant la maison des Claudel, ainsi qu'un four servant à cuire les tuiles. Le décor était en place pour voir éclore une vocation précoce de sculpteure. Voici ce que rapporte son biographe, Jacques Cassar: " On imagine l'enfant malaxant la glaise pour en tirer des formes inattendues. Très vite, la sculpture devint sa raison de vivre. Elle en perdait le boire et le manger; très jeune, on l'attend en vain pour le déjeuner: elle s'est mise à la travailler, indifférente au temps et aux contingences." [3] La Lune en Bélier souligne par ailleurs le côté purement instinctif de son activité artistique dans un premier temps. Camille dessine et sculpte sans aucune théorie ni aucune technique. Les résultats n'en sont pas moins impressionnants.

 

Fait à noter, Mars, allié naturel de ce thème nocturne, dispose de la Lune. De plus, il est considéré hayz (de l'arabe) puisque situé au-dessus de l'horizon et en signe masculin. Cette attribution de la qualité hayz donne une très grande énergie à Mars, énergie qui déteint par ailleurs sur la Lune. Son frère, Paul Claudel, dira de Camille: "Ma sœur avait une volonté terrible."[4] En outre, tous ceux qui la verront à l'œuvre alors qu'elle travaillera sur des pièces plus grandes que nature s'émerveilleront de l'endurance physique et de la force musculaire de cette jeune femme qui sculptait dans le marbre et les métaux. Qui plus est, Camille "va jusqu'à fabriquer ses propres outils…elle a dû se faire forgeron et marteler, tremper, aiguiser elle-même les aciers nécessaires aux ciseaux, aux limes et aux vrilles dont elle se sert." [5]Ces activités métallurgiques sont évidemment liées à un Mars en position forte.

 

Mars est maître de son Ascendant et angulaire, en maison VII. Cette maison est traditionnellement celle des ennemis déclarés; or, Mars y affronte, par opposition, la conjonction Jupiter-Soleil. De la même manière, la volonté farouche de Camille s'oppose peu à peu à ces bourgeois bien-pensants que sont son amant et mentor, ainsi que son frère. A mesure que la paranoia de Camille envahit son psychisme survolté, elle devient son pire ennemi. La conjonction Soleil-Jupiter au Sagittaire ne peut non plus tenir ses promesses d'abondance dans ce thème nocturne. Malgré un travail acharné et une production effrénée, Camille vit un pénible dénuement matériel.

 

Parmi les alliés naturels de ce thème nocturne, il faut aussi considérer Vénus. Nous avons affaire à une artiste au talent immense, que la nature a dotée d'une beauté physique. Cependant, Vénus se trouve en Capricorne, en réception mutuelle par quadrature avec Saturne en Balance. Il est intéressant de rappeler que pour les Anciens, une réception mutuelle entre deux planètes représente deux personnes qui se connaissent et se fréquentent; de plus, la quadrature entre Vénus et Saturne reflète bien ce qui fut: une relation amoureuse tumultueuse entre  une jeune femme et un homme plus âgé, en position d'autorité. Saturne, tout en croisant le fer avec Vénus,  dispose d'elle.

 

Ayant considéré les alliés naturels de ce thème nocturne (et leurs entraves!), nous allons maintenant étudier les planètes diurnes, qui sont en quelque sorte en "exil" dans ce thème nocturne. La conjonction Jupiter-Soleil en Sagittaire ne livre malheureusement pas ses promesses. Elle se contente de jeter un éclat doré sur les autres. Pour Camille, les personnages solariens, jupitériens, ce sont les hommes de sa vie, soit son père, son premier professeur Alfred Boucher, son amant et mentor Rodin, son frère Paul qui est aussi son confident et dont elle est la  muse. Ces hommes ont en commun l'aisance matérielle, la visibilité sociale, une certaine chance également. Ils sont généreux et protecteurs, paternalistes (Rodin), du moins dans un premier temps.

 

Voyons maintenant Saturne. Puisque nous sommes en présence d'un thème nocturne, Saturne, planète diurne, y serait vu par les Anciens comme "le grand maléfique". L'étude de la biographie de Camille Claudel leur donne raison. Au fur et à mesure que la santé mentale de Camille vacille et que la paranoia s'installe (elle en vient à voir Rodin comme un malfrat qui cherche à lui voler ses sculptures!),  les personnages jupitériens font place, du moins dans son imagination enfiévrée, à des personnages saturniens grimaçants. Saturne s'y prête d'ailleurs fort bien, puisqu'il est  maître de la maison III, la fratrie, les amants (selon Volguine) et se trouve en maison XII, maison des ennemis secrets, des épreuves, de la réclusion. Ses plus grandes épreuves n'ont-elles pas été: l'abandon de l'amant, puis la trahison du frère, ainsi que l'internement dans un asile psychiatrique jusqu'à ses vieux jours?

 

Le drame de Camille Claudel, analysé sous un angle sociologique, se présente clairement comme celui d'une femme née à une époque peu propice à son tempérament et à sa vocation artistique. L'analyse astrologique emprunte un peu le même chemin, puisqu'elle nous révèle un thème nocturne avec trois planètes diurnes  dont l'influence échappe à la native. Quant à Mars, malgré sa forte énergie, il est rétrograde (facteur considéré nocif par les Anciens) et oppose la puissante conjonction de feu. Il en résultera un dérèglement d'énergie qui fera sombrer son psychisme enfiévré (Lune en Bélier). En même temps, Saturne, grand maléfique, dispose de Vénus, venant contrecarrer l'expression d'un talent exceptionnel.

 

Heureusement, tous les thèmes, nocturnes ou diurnes, ne sont pas aussi dramatiques. Egalement, il faut savoir qu'un thème nocturne, même si le Soleil, Jupiter et Saturne ne sont pas pour lui des leviers naturels, peut connaître épanouissement et réussite si les planètes nocturnes sont dignifiées (c'est-à-dire en position stratégique dans un thème nocturne). Le frère de Camille, Paul Claudel, a connu une certaine gloire tout en ayant un thème nocturne.

 

Notre but dans cet article était de raviver l'intérêt des lecteurs envers une théorie somme toute simple, qui permet de jauger au mieux l'influence réelle des planètes sur la vie des natifs. Le cas Camille Claudel et son rendez-vous manqué avec la gloire nous paraît être un exemple probant de cette influence. En fait, sa gloire s'est construite peu â peu après sa mort, comme si la puissante conjonction de feu au Sagittaire s'était alors libérée des entraves terrestres d'une naissance nocturne, pour rayonner dans toute la gloire première de ses attributs zodiacaux célestes.

 

Un peu plus loin, nous présenterons le thème d'Auguste Rodin, en tant que thème diurne.

 

Carole Lalonde



[1] Hand, Robert, Night and Day, Planetary Sect in Astrology, Editions ARHAT

[2]  Cassar, Jacques, Dossier Camille Claudel, Editions J'ai Lu, no. 2615

[3]   Ibid, p. 46.

[4] Ibid, p. 43

[5] Cassar Jacques, Dossier Camille Claudel,  p. 184



Thèmes diurnes et thèmes nocturnes

 

Auguste Rodin

 

 

 

Le présent article fait suite à celui sur Camille Claudel, dans lequel nous avons présenté un premier survol de la théorie sur les thèmes diurnes et les thèmes nocturnes, appelés "planetary sect" par Robert Hand. Le lecteur pourra y référer pour se remémorer les notions qui y sont exposées.

 

Le thème d'Auguste Rodin est un thème diurne, puisque son heure de naissance est midi. Les planètes les plus influentes dans sa vie seront donc le Soleil, Jupiter et Saturne. Voyons comment ces influences planétaires ont agi sur sa vie.

 

Auguste Rodin est né à Paris, en France, le 12 novembre 1840, vers midi, heure locale. (Voir son thème plus bas). Tout comme pour Camille Claudel, le thème présenté utilise la domification Regiomontanus. De plus, seul le septénaire des planètes est utilisé.

 

La famille d'Auguste Rodin est d'origine modeste. Ses biographes le décrivent comme timide et myope, ce qui en a fait un mauvais élève! Sa première leçon de dessin lui fut donnée à l'âge de 10 ans. A 13 ans, son père l'inscrivit à l'Ecole Impériale de Dessin. C'est alors qu'il découvrit l'argile; ses premières pièces le firent considérer comme un sculpteur prometteur. Il mérita deux prix pour le dessin et le modelage à l'âge de 17 ans. Toutefois, il échouera son examen de sculpture à trois reprises à l'Ecole des Beaux-Arts, car son style n'est pas conforme à la tradition néo-classique de l'époque!

 

Pour apporter un soutien financier à sa famille, Rodin commence à travailler dans les arts décoratifs en 1858. La Ville-Lumière se refaisait alors une beauté; de nombreuses sculptures étaient commandées, puis placées dans des endroits publics. Pendant plusieurs années, Rodin travailla de jour comme artisan tout en redevenant artiste la nuit. Il fut enfin capable de louer son premier studio en 1863. C'était un petit endroit froid et mal isolé. Le buste sur lequel Rodin travaillait gela et se fendit sous l'action du froid. Le sculpteur le remodela afin de le présenter,  mais l'œuvre fut rejetée à deux reprises par le Salon.

 

Durant la même période, Rodin rencontra Rose Beuret, qui allait devenir sa compagne de vie. Elle fut son modèle et sa maîtresse, avant de lui donner un fils en 1866. En 1870, alors qu'il avait 30 ans, la guerre franco-prusssienne éclata. Rodin s'enrôla dans l'armée mais fut démobilisé à cause de sa myopie. Il alla ensuite travailler avec un sculpteur à Bruxelles, en Belgique, où il séjourna pendant six ans. Il y tint sa première exposition en tant que sculpteur indépendant.

 

Après un voyage en Italie en 1875, où il eut la joie de voir les œuvres de sculpteurs comme Michel-Ange, Rodin commença à travailler sur une statue grandeur nature. Il présenta sa statue à Bruxelles, puis à Paris. On l'accusa d'avoir moulé le plâtre sur le modèle vivant, tant la sculpture apparaissait réaliste! A son retour à Paris, il travailla à la manufacture de porcelaine de Sèvres, tout en continuant à sculpter. Mais son maigre salaire l'obligeait à accepter toutes sortes de modestes besognes.  Il créa un deuxième Age de Bronze, plus grand que nature, pour faire taire les soupçons d'avoir façonné son plâtre directement sur le corps du modèle. De plus, il créa un Saint-Jean Baptiste nu, sans symboles religieux,  qui choqua le public.

 

Son premier contrat d'envergure  fut accordé en 1880 par le Ministère des Beaux-Arts. Il s'agissait d'un portail pour le futur musée des arts décoratifs. Quoique le projet fut abandonné par la suite, Rodin y travailla et ce, jusqu'à sa mort! Les thèmes des reliefs sur la porte furent inspirés de " l'Enfer de Dante " ainsi que du livre de poèmes " Les fleurs du Mal " de Beaudelaire. Certains reliefs donnèrent naissance à ses sculptures les plus célèbres, dont Le Penseur, Le Baiser et Les Trois Ombres.

 

Pendant la période où il travaillait sur Les Portes de l'Enfer, il devint de plus en plus célèbre. La haute société lui commandait des œuvres. Il s'adjoignit des assistants dont chacun avait une tâche spécifique. En 1883, il fit la rencontre de Camille Claudel, qui avait 19 ans. Elle devint bientôt son étudiante, modèle, collaboratrice et maîtresse. Les deux artistes, en plus de leur passion commune, se vouaient une mutuelle admiration. Rodin sculpta de nombreuses pièces ayant Camille comme sujet et fit des portraits d'elle. Malgré leur amour, Rodin refusa de se séparer de Rose Beuret; en 1892, Camille vécut un avortement et décida de quitter Rodin. La séparation définitive eut lieu en 1898.

 

En 1884, Rodin entreprit un autre projet monumental, cette fois pour la cité de Calais, en France. C'est ainsi que naquit la pièce " Les Bourgeois de Calais ", qui représente six hommes offrant leur vie au roi Edouard III en échange de la levée du siège de la ville. Vers la fin des années 1880, Auguste Rodin reçut d'autres commissions pour des monuments publics, dont un à l'écrivain Victor Hugo. Puis, la Société des Gens de Lettres le commissionna d'une sculpture de l'écrivain Honoré de Balzac. Rodin travailla sur cette œuvre pendant sept longues années. Lorsqu'il dévoila publiquement le plâtre  haut de neuf pieds,  l'oeuvre fut huée et couverte de ridicule. Profondément blessé, Rodin apporta la statue à son studio à Meudon et refusa qu'elle soit coulée de son vivant.

 

En 1900, Auguste Rodin était en pleine gloire. Lors de l'Exposition Universelle de Paris, 168 pièces en bronze, en marbre et en plâtre furent exposées. Des conférences furent tenues pour expliquer les techniques du sculpteur. Des demandes d'expositions affluèrent d'aussi loin que Montréal ou Tokyo. Malgré sa popularité, Rodin continua à travailler. On a estimé à une cinquantaine le nombre d'assistants qui travaillaient pour lui durant cette période.

 

En 1917, le 29 janvier, Auguste Rodin maria sa compagne de vie, Rose Beuret. Elle mourut trois semaines plus tard; Rodin mourut la même année, le 17 novembre. Il venait d'avoir 77 ans.





Fichier téléchargeable au bas de page.


La biographie de Rodin montre une vie professionnelle longue et productive, faite de travail acharné, ainsi que d'échecs et de succès retentissants. Elle  montre sa longue et pénible ascension, mais également sa résilience et sa fidélité à sa vocation première.  Examinons maintenant ce thème diurne, semblable en certains points à celui de Camille Claudel, mais nettement différent dans son orientation.

 

Le thème diurne d'Auguste Rodin privilégie les planètes diurnes Soleil, Jupiter et Saturne. Le positionnement optimal des planètes diurnes en thème diurne tient à trois facteurs: 1. Les planètes diurnes sont en naissance diurne, ce qui est bien le cas ici. 2. Les planètes diurnes sont dans des signes diurnes ou masculins.  3. Les planètes diurnes sont au-dessus de l'horizon (en secteur diurne). Pour le Soleil, donc, deux conditions sur trois sont rencontrées, puisqu'il se trouve au Scorpion, signe nocturne.  Pour Jupiter, deux conditions sur trois également sont rencontrées,  pour les mêmes raisons. Pour Saturne, trois conditions sur trois sont réunies, puisque Saturne se trouve dans un thème diurne, dans un signe diurne, et en secteur diurne. Saturne est donc la planète la plus forte du thème.

 

Que faut-il en conclure?

 

Il émerge de cette analyse que Saturne possède une grande force, qu'on appelle Hayz.  De plus, Saturne est maître de l'Ascendant, ce qui en fait une force dynamique. (Rappelons ici le Mars Hayz, maître de l'Ascendant de Camille Claudel, extrêmement dynamique également. Quant à la conjonction Soleil-Jupiter de la jeune femme, où Jupiter est en domicile, si elle paraît avantagée par rapport à la  même conjonction chez Rodin, cet avantage est atténué par un thème nocturne qui ne lui permet pas de se déployer librement.)

 

Mais revenons à Rodin: l'analyse de sa conjonction Soleil-Jupiter au MC révèle des points favorables et des points défavorables qui expliquent un début de carrière en dents-de-scie. La conjonction en culmination du Soleil et de Jupiter, dans un thème diurne, est bien sûr un facteur positif, laissant présager d'importants succès; cependant, un signe nocturne, le Scorpion, accueille cette conjonction diurne; de plus,  le maléfique Mars en dispose tout en exerçant sa maîtrise sur le MC; le parcours professionnel sera donc parsemé de luttes et d'inimitiés, tout en atteignant un "plateau" de stabilité aux âges de Jupiter et de Saturne.

 

 

Les remarques de Robert Hand viennent valider la force attribuée à Saturne, qui transparaît par ailleurs dans la biographie de Rodin. Voici ce qu'il écrit: 

 

"Tout comme pour Mars, Saturne est une des planètes pour qui il est très important d'être bien situé par catégorie ("sect" en anglais). Saturne dans un thème diurne ou Saturne placée au-dessus de l'horizon, toutes autres choses étant égales, fait ressortir les plus belles qualités saturniennes, soit  discipline, ordre et respect. Saturne ainsi placé peut aussi indiquer un grand succès et un rang social respecté…Les anciens auteurs ne considéraient en aucune façon qu'un tel Saturne puisse apporter mauvaise fortune. A moins d'être affligé ou en débilité, donc, on ne peut le considérer maléfique dans un thème diurne.[1]

 

Dans les faits, malgré la difficulté d'ascension, Rodin connaît un énorme succès, particulièrement à compter de 1900. Le sculpteur a alors 60 ans, période du deuxième retour de Saturne et du cinquième retour de Jupiter, Jupiter culmine au MC natal et dispose de Saturne; ce dernier se trouve en maison XI, où il jouit de la protection d'amis influents. Nous savons que Rodin a eu des mécènes ainsi qu'un rapport privilégié avec l'Etat français, qui lui a commandé de nombreux monuments et statues. De plus, il faut souligner la longévité de sa carrière, qui de 1880 à 1917, l'a vu produire des chefs d'œuvre qui font aujourd'hui partie du patrimoine culturel mondial. Nous retrouvons dans la vie et l'œuvre de Rodin la culmination de l' expression saturnienne dans ce qu'elle a de plus positif; cette culmination sous-entend toutefois les inimitiés, les échecs, les luttes qui ont accompagné  sa pénible ascension et qui sont l'effet d'un Mars maléfique. Mais n'oublions pas que Saturne est résilient et sait attendre son heure!

 

L'éclosion d'une vie régie par un thème diurne et celle d'une vie régie par un thème nocturne ne se fait pas toujours à la même cadence. Souvenons-nous  des âges de la vie: la Lune marque le natif de son influence de 0 à 4 ans; Mercure, de 4 à 14 ans; Vénus de 14 à 21 ans; le Soleil, de 21 à 35 ans; Mars, de 35 à 50 ans; Jupiter, de 50 à 65 ans; Saturne de 65 ans à la fin de la vie.  

 

En comparaison avec le thème de Rodin, la vie professionnelle active de Camille Claudel fut courte, puisque sa schizophrénie fut diagnostiquée vers 1906, à l'âge de 41 ans! Or, l'énergie et la vitalité de son thème proviennent de ses planètes nocturnes, soit la Lune, Vénus et Mars, si dissonantes soient-elles !

 

Quant à Rodin, la force du Soleil, de Jupiter et de Saturne dans son thème diurne, viennent baliser un tout autre parcours. Sur le plan chronologique, si Camille a offert le meilleur d'elle-même durant sa jeunesse , Rodin a atteint sa culmination (et sa reconnaissance sociale!) à compter de 60 ans.

 

Ce qui est observé ici n'est pas forcément une règle universelle concernant les thèmes diurnes et les thèmes nocturnes. Seule de minutieuses recherches nous permettront de vérifier cette tendance.

 

La double analyse se termine ici; elle nous a permis d'étudier de manière concluante deux parcours de vie aux destins très différents, dont l'un nocturne, l'autre diurne. Permettons-nous en terminant de jeter un dernier regard sur ces deux êtres passionnés. Si la mort a uni à jamais Rose Beuret et Auguste Rodin dans une tombe commune à Meudon, avec Le Penseur qui veille à leurs pieds, elle a également ré-uni Auguste et Camille à travers l'exposition simultanée de leurs œuvres, qu'on n'arrive plus à démêler[2] tant la symbiose a été grande, entre l'artiste et sa muse!|

 

Carole Lalonde



[1] Traduit de l'anglais par l'auteure du présent article dans Hand Robert S. Night and Day, Planetary Sect in Astrology, Publications ARHAT 1995.

[2] "Un débat fait rage entre Rodiniens et Claudéliens quant à la possible réalisation de certaines œuvres - jusque là attribuées à Rodin -  par Camille Claudel. Les recherches les plus récentes  menées à l'occasion de l'exposition itinérante " Clamille Claudel et Rodin, rencontre de deux destins " au Musée National des Beaux-Arts à Québec [ et ailleurs ], montrent la grande complexité des rapports entre les deux sculpteurs travailllant ensemble dans le même atelier aux mêmes sujets. " Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Rodin