Fortes tempêtes parmi les détracteurs de l'astrologie

On fait circuler sur plusieurs sites de prétendues nouvelles qui ne sont en fait que de vielles histoires pour semer la confusion. Qu'on me permette de rapporter les propos tenus par de prétendus "astronomes du Minnesota" qui pensent annoncer une nouvelle s'inscrivant dans les bouleversements actuels :

"Quand les astrologues disent que le soleil est en poissons, ce n'est pas exact.  Le signe astrologique est déterminé par la position du soleil lors du jour de naissance, ce qui signifie que tout ce que vous pensiez savoir sur votre horoscope est erroné!!! 

Selon les astronomes du Minnesota, voilà les réelles positions du zodiaque :

Voici la "nouvelle" position du zodiaque suivie de "l'ancienne" position:

Capricorne: 20 janvier au 16 février /  21 décembre au 19 janvier

Verseau: 16 février au 11 mars  /  20 janvier au 18 février

Poissons: 11 mars au 18 avril  /  19 février au 20 mars

Bélier: 18 mai au 13 avril (sic) /  21 mars au 20 avril

Taureau: 13 mai au 21 juin  /  21 avril au 20 mai

Gémeaux: 21 juin au 20 juillet  /  21 mai au 20 juin

Cancer: 20 juillet au 10 août  /  21 juin au 22 juillet

Lion: 10 août au 16 septembre  /  23 juillet au 22 août

Vierge: 16 septembre au 30 octobre  / 23 août au 21 septembre

Balance: 30 octobre au 23 novembre  /  22 septembre au 22 octobre

Scorpion: 23 novembre au 29 novembre  /  23 octobre au 21 novembre

OPHIUCHUS: 29 novembre au 17 décembre
* Ophiuchus, "le porteur de serpents", se situe dans la constellation du Scorpion. Normalement, on ne parle que du Scorpion qui est supposé balayer 30 degrés, mais en fait, le Scorpion partage ces 30 degrés avec Ophiuchus.

Sagittaire: 17 décembre au 20 janvier  /  22 novembre au 20 décembre" (Fin de l'extrait)

Voici comment j'interprète ces colonnes de dates :

À propos de cet article concernant le zodiaque, permettez-moi de m'inscrire en faux sur le contenu de cet article. Je connais assez bien le sujet pour avoir publié des articles sur la cosmographie et avoir bien démontré la distinction des différents zodiaques qui ont leur légitimité selon le point de vue où on se place. D'abord, il y a un zodiaque tropical de signes égaux qui définit notre années et qui est utilisé en astrologie comme en navigation maritime et aérienne. Il est même défini à partir des données de la Nasa. Ensuite, il y a deux types de zodiaque sidéral : un dont les signes sont égaux de trente degrés comme le zodiaque tropical et un autre qui correspond à l'étendue des constellations dans la zone de l'écliptique. Ce dernier pourrait s'appeler le zodiaque des constellations. Chacun d'eux sont des moyens de repère à des échelles diverses et pour des usages justifiés.

À première vue je ne contestais pas les deux colonnes de dates fournies dans l'article. Elles correspondent à celles de deux zodiaques que j'ai nommés et distingués : le Zodiaque des Constellations pour ce qu'ils appellent les nouvelles positions zodiacales, et le Zodiaque Tropical pour ce qu'ils appellent les anciennes positions. J'ai corrigé le singulier pour mettre le pluriel, ce qui est plus cohérent avec les données qu'ils fournissent, correspondant aux débuts et aux fins des Constellations distinctes près de l'écliptique, de même qu'aux Signes du Zodiaque Tropical qui est celui qui s'arrime avec notre calendrier saisonnier. En fait, le zodiaques constellé représente une partie des étoiles "fixes" plus ou moins rapprochées de l'écliptique, tandis que le zodiaque saisonnier représente les mesures géocentriques par rapport au ciel. L'écart qui se produit entre les deux, en mouvement rétrograde, est dit de la précession des équinoxes. Ce déplacement se fait à raison d'un degré environ par 72 ans. Il n'y a donc pas de quoi s'exciter.

"Les astronomes du Minnesota" aurait pu se rendre utile en fournissant les écarts comparatifs entre deux moments récents plutôt que de plaquer là les écarts de deux millénaires. Par contre, s'ils confirmaient des écarts excessifs en train de se produire, il y aurait lieu de croire qu'il se passe quelque chose de sérieux dans les mouvements de notre terre. Ils ne donnent aucun chiffre dans ce sens. Ils ne font que déterrer un vieux débat de sceptiques anti-astrologues qui ne comprennent pas vraiment de quoi ils parlent. Si leurs chiffres permettaient d'expliquer pourquoi le soleil arrive deux jour plus tôt sur le Groenland en ce mois de janvier, on pourrait dire qu'ils font un travail sérieux ou qu'ils s'y connaissent en matière de précession des équinoxes. Oublions-les un instant et posons l'hypothèse suivante :  S'il est vrai que le soleil est apparu deux jours plus tôt que d'habitude à l'horizon à un endroit du Groenland, on est tenté de penser qu'on assiste à une accélération de la précession des équinoxes, donc à un recul du point vernal tropical en direction de la Constellation du Verseau. Mais on ne peut pas attribuer cela à un déplacement du pôle magnétique, mais plutôt à un basculement de l'inclinaison de la terre par rapport au plan de son orbite; ce qui est surprenant et même inquiétant.

D'après le texte cité, il me semble que les "astronomes du Minnesota" suggèrent que l'interprétation en astrologie serait faussée en raison des déplacements du zodiaque tropical (qu'ils ignorent manifestement) sur le fond des Constellations. Inconsciemment ou non, ils s'émissent sur le terrain des astrologues, une place qu'ils ont perdu par leur propre faute. Par contre, tout bon astrologue sait superposer ces deux zodiaques et utiliser les règles de mesure de l'espace et du temps dans ses interprétations. Partout il y a des débats, à l'intérieur de l'astrologie comme à l'intérieur des sciences, et même aussi à l'intérieur de la théologie. Vous devez en savoir quelque chose. Il y a des astrologues sidéralistes, constellationistes, et tropicalistes. Avec des points d'appui différents, beaucoup savent tirer des interprétations utiles. Les mesures ne sont pas en cause. Ce problème a été réglé depuis longtemps. Il n'y a pas de changement majeur sur le zodiaque.

Quelqu'un dont je ne connais que les initiales m'a fait remarquer que "lorsque se produit un changement magnétique des pôles, il y a un ralentissement de la rotation de la terre qui se produit et pourquoi pas un basculement de l'inclinaison de celle-ci. Actuellement une chose est sure, ..., il y a une déroute de notre monde à plusieurs niveaux, qui s'explique bien dans le contexte d'inversement et basculement des pôles".

Ce commentaire de J.FF pose une vraie question d'astronome et son point de vue est enrichissant. Pour ma part, il y a trente-cinq ans, je m'intéressais déjà à cette question du renversement des pôles. J'en ai parlé souvent dans mes cours de philosophie. Et j'ai rencontré deux objections sérieuses : Un tel renversement s'il était soudain pourrait provoquer des vents allant de 800 à 1200 milles à l'heure, correspondant à la vitesse de la rotation de la terre à sa surface. La deuxième consistait à dire qu'il ne s'agit pas d'un renversement des pôles mais de déplacement des pôles magnétiques, ce qui pourrait déjà expliquer les variations de l'orientation dans les strates de la croute terrestre. Par contre, j'apprécie l'interprétation de mon interlocuteur qui soutient une position mitoyenne qui me paraît fort plausible, soit un déplacement progressif pas trop brutal mais pouvant tout de même entrainer d'énormes transformations sur le milieu terrestre, si on suppose que la terre change d'axe de rotation. Imaginons ce qui se passerait si le mouvement de rotation de la terre était dévié par rapport au renflement actuel de la croute terrestre à l'équateur. Si tout dépendait, dans un tel cas, des seules lois de la mécanique gravitationnelle, on pourrait s'attendre à des catastrophes assez importantes, surtout en terme de secousses sismiques. Cependant, il est possible que la sagesse qui domine le monde ait son mot à dire.

Donat Gagnon
19 janvier 2011