Le cheminement particulier de l'astrologue professionnel moderne, par Joseph Crane.

Le cheminement particulier de l’astrologue professionnel moderne par Joseph Crane.

 

Note de la traduction :

 

Joseph C. Crane est co-directeur, avec Dorian Gieseler Greenbaum, du Astrology Institute du Massachussetts et du Rhode Island, aux Etats-Unis. M. Crane a publié en 2007 A practical Guide to Traditional Astrology, aux Editions Arhat. Vous trouverez la version originale anglaise du présent article sur son site http://www.astrologyinstitute.com/faculty.htm

L’auteur a aimablement consenti à cette traduction en langue française, et à sa publication sur le site d’ORIAN. Nous l’en remercions.

 

Contenu de l’article

 

.  Notre place particulière (strange) dans le monde

.  Développement narcissique

.  Le soi grandiose de l’astrologue

.  Schèmes de l’idéalisation

.  Comment s’ajuster au rétrécissement de l’ego (deflation)?

.  Y a-t-il des solutions?

 

La place particulière qu’occupe l’astrologie dans notre culture moderne nous amène à poser les questions suivantes : comment, en tant qu’astrologues, développons-nous notre personnalité sociale et comment travaillons-nous en tant que professionnels les uns avec les autres? Quel est le potentiel de développement de l’astrologue et quels sont les écueils qui le guettent?

 

L’article vise à explorer le développement professionnel de la communauté astrologique à la lumière des étapes du développement psychologique. Parce que les astrologues sont souvent mésestimés dans notre culture moderne, comment conservons-nous l’estime de soi? C’est un fait que les astrologues ne peuvent compter les uns sur les autres et parfois même qu’ils empirent la situation. Pour corriger cette situation, il nous faut travailler avec le concept d’ombre. Mon modèle s’appuiera sur l’enseignement d’une approche de psychothérapie psychanalytique qui s’appelle « Self Psychology ». Heinz Kohut est à l’origine de ce concept, élaboré dans les années ’60 et ’70. L’approche cherche à déterminer comment nous développons l’estime de soi, comment nous la conservons, comment et pourquoi nous admirons les autres, et comment nous cherchons à mériter l’admiration des autres.

 

Toute approche psychanalytique a comme prémisse que les problèmes psychologiques chez l’adulte trouvent leur origine dans les blocages ou manques chez l’enfant. Plus ces blocages, ces manques remontent tôt dans l’enfance, plus ils seront dommageables et envahissants (pervasive) pour les adultes que nous sommes devenus. Même dans le meilleur des mondes, les questions d’estime de soi, de valeur accordée à soi-même, de la fidélité à un idéal également, reviennent périodiquement nous confronter, tout au long de notre existence. Par exemple, lorsque des événements difficiles surviennent, nous avons tendance à les prendre de manière personnelle,ce qui diminue notre estime de soi et nous oblige à compenser cette perte d’une manière ou d’une autre. Nous avons besoin de remparts pour empêcher que la confiance en nous s’effrite. Ceci est vrai pour tous les êtres humains, à des degrés variables.

 

Notre place particulière dans le monde

 

Chaque astrologue contemporain se retrouve pris dans une contradiction. Nous sommes devins, nous sommes intuitifs; nous avons un surprenant potentiel en tant qu’aidants; et pourtant, nous fonctionnons au sein d’une culture qui ne nous comprend pas très bien.

 

Lorsque l’astrologue est invité à une réunion mondaine et qu’il décline sa profession, il suscite immédiatement diverses réactions : l’interlocuteur peut le juger prophète, faux-prophète ou gâteux (flaky)! Puis, il aura droit au cortège habituel des stéréotypes sur l’astrologie et sur le travail des astrologues. Ces stéréotypes couvrent un vaste éventail, étant donné la longue histoire de l’astrologie, son écart avec les idées reçues sur ce qu’on nomme « la réalité », ainsi que les déformations que lui ont imprimé la culture populaire.

 

Dans le pire des cas, nous intériorisons, nous faisons nôtres, ces critiques négatives, tout comme la victime s’identifie à l’agresseur. Par ailleurs, certains problèmes que les astrologues rencontrent entre eux sont liés à la manifestation de cette ombre.

 

Aucun d’entre nous n’a de pouvoir sur le déroulement de l’histoire de l’astrologie, ni sur la manière dont le public perçoit notre travail. Il nous faut accepter cet état de fait; voyons maintenant, pour les fins de cet article, comment nous traitons la question de notre légitimité en tant qu’astrologues.

 

 

 

Développement narcissique

 

Quoique la littérature sur l’approche « Self Psychology » soit plutôt opaque, ses idées sont en fait très simples. Dans nos jeunes années, nous développons notre individualité (intactness) à travers des relations qui nous apaisent et qui nous font du bien. Si ces relations ne sont pas présentes, des problèmes psychologiques majeurs seront présents à l’âge adulte. Plus tard, le besoin d’apaisement se transformera en un miroir grossissant, exposant à la vue des autres nos qualités, que nous voulons merveilleuses et exceptionnelles.

 

Le stade narcissique est essentiel dans l’enfance; plus tard, l’inflation du moi se dégonfle au contact de la réalité. Mais même lorsque le moi se dégonfle selon un processus normal, le miroir grossissant est intégré et continue à servir de base à notre estime de soi; nous demeurons vulnérables, dépendants du reflet de cette inflation du moi dont nous avons besoin pour conserver notre cohésion interne et notre estime de soi.

 

Plus tard, dans notre développement psychologique , vient le besoin d’admirer une personne qu’on peut idéaliser, qu’on peut mettre sur un piédestal. Cette personne représente le « meilleur » de nous-mêmes. Au fur et à mesure que la personne idéalisée acquiert des caractéristiques plus humaines, plus faillibles, nous intégrons d’elle ce qui nous est nécessaire pour nourrir nos propres idéaux. Cette étape est nécessaire et souhaitable, même si une profonde et amère déception nous attend au détour du chemin.

 

Une personne qui s’attarde au stade infantile deviendra un ou une adulte narcissique; elle ne pourra développer son estime de soi sans ce miroir sans faille constamment dirigé sur elle par les autres; ces personnes ont tendance à prendre constamment sans jamais donner en retour. Ils n’en sont tout simplement pas capables. Nous avons tendance à fuir ces personnes, à les détester même. Ils nous soutirent notre énergie tout en nous empêchant d’accéder à leur propre énergie!

 

Lorsque le narcissique projette son admiration sur nous, de manière irréaliste et idéalisée,  nous nous sentons flattés, mais son admiration a tôt fait de  nous étouffer et nous repousser.

 

Ces manifestations d’inflation du moi (grandiosity) et d’idéalisation se retrouvent dans la vie politique, religieuse, artistique. Puisque je suis astrologue et que j’écris cet article pour des astrologues, je m’intéresse à eux en particulier. Mais fait à noter, le narcissisme que l’on peut retrouver chez certains astrologues accompagne la situation particulière de non-reconnaissance , d’exclusion, qui prévaut dans notre univers.

 

L’inflation du moi  chez l’astrologue

 

De quoi se compose l’inflation du moi chez l’astrologue? Cette inflation du moi se situe sous le voile de la conscience et se manifeste lorsque la réalité ne correspond pas à nos fantaisies. Il faut savoir cependant que l’inflation du moi est la clé de notre grandeur en tant qu’astrologues et en tant que personnes, en ce qu’elle nous amène à nous dépasser.

 

Certaines des qualités imaginées par le moi inflationniste se retrouvent également dans les fantasmes des psychothérapeutes ou du soignant. Ce sont des qualités de

 

Omniscience

 

Les astrologues ont cette capacité de comprendre les gens ou les situations d’une manière très directe. Nous constatons clairement cette capacité dans le travail souvent brillant d’un astrologue. Nos études en astrologie nous ont d’ailleurs mis en contact avec cet aspect d’illumination de l’astrologie, en nous faisant comprendre que toute la vie de l’individu est éclairée par elle.

 

Bienveillance

 

Nous avons la possibilité d’aider les gens aux prises avec toutes sortes de difficultés. Tout comme les psychothérapeutes et les soignants, nous voulons faire du bien autour de nous. La plupart d’entre nous cherchons à faire la différence dans la vie des autres, plutôt que de simplement gagner de l’argent.

 

Capacité de changer le monde

 

Le travail astrologique diffère radicalement des paradigmes qui gouvernent la société actuelle. Il nous permet d’ouvrir la porte à l’Ere du Verseau.

 

Connexion

 

L’astrologue a accès à une source supérieure de sagesse. En ce sens, son travail ressemble davantage à celui du prêtre, du guérisseur, du médium, qu’à celui du psychothérapeute conventionnel. L’astrologie, de par sa nature, possède des implications cosmiques et participe du Mystère Divin. Tout astrologue utilisant ses outils, a une connexion avec le numineux primaire. Sans savoir comment ni pourquoi, nous savons que le cosmos parle à travers nous. Quelle que soit l’approche préconisée, qu’elle soit scientifique ou ésotérique, l’astrologue se connecte à l’expérience cosmique.

 

Cette capacité de connexion apporte à l’astrologue ses plus grandes forces ainsi que ses plus grandes faiblesses.

 

L’astrologue novice, qui n’est ni omniscient, ni bienfaisant, ni connecté, et certainement pas prêt à changer le monde, cherchera à projeter ces qualités grandioses sur un professeur, un mentor, un auteur de prédilection, ou peut-être à la communauté astrologique dans son ensemble. Il acquiert ainsi un sentiment d’appartenance au groupe . C’est ainsi qu’on verra des étudiants puiser à une source d’inspiration, importante pour eux, lors de conférences astrologiques.

 

Il est clair que la réalité ne résiste pas à la pression des attentes grandioses et à l’idéalisation. Il y aura des conséquences.

 

Souvent, l’ego subit un rétrécissement (deflation), suivi d’une période de deuil et de guérison. Ou encore, un sentiment d’échec et d’abandon peuvent s’ensuivre. Voici concrètement, ce que peut vivre l’astrologue novice, au début de sa carrière :

 

1.    Ses clients le déroutent. La Vierge qu’il proclame ordonnée se révèle, on ne sait pas pourquoi, désordonnée; le Capricorne devient lubrique ou recherche le mariage à tout prix! Ou encore son client ne l’aime pas. L’astrologue ne se sent pas aidant; il devient frustré et anxieux. Parfois, des entretiens constructifs et valorisants alternent avec des sessions plus difficiles, qu’on n’a pas vu venir.

 

(C’est intéressant de constater que les astrologues qui reçoivent un client pour la première fois se plaignent de toute la préparation requise. L’astrologue débutant se sent obligé de justifier chaque signe en maison, chaque aspect, de jumeler chaque événement à un transit planétaire. C’est beaucoup plus que ce que le client attend de nous. Cette préparation indue ne sert en fait qu’à calmer l’insécurité de l’astrologue.)

 

2.    Après un certain temps, l’astrologue en vient à douter de lui et de la pauvre image que projette l’astrologie; il est atteint du complexe de l’imposteur.

 

3.    Les doutes l’amènent à se déconnecter du mystère divin, du numineux, auquel appartient l’astrologie. Elle se transforme en carton-pâte et cesse de nous inspirer, de nous parler.

 

 

« Schèmes d’idéalisation »

 

1.    L’admiration est nécessaire. En outre, plusieurs astrologues possèdent un fort charisme. Ce charisme peut canaliser l’idéalisation de ceux qui l’admirent. Mais il peut aussi se transformer en fantasme narcissique pour les deux parties.

 

En tant qu’astrologues en herbe, nous devons passer par cette étape d’identification avec un mentor admiré, pour connecter avec nos propres possibilités. Par ailleurs, plus le contact est personnel, plus le développement de l’astrologue a des chances de grandir. Cependant, si l’étudiant a eu des relations idéalisées insatisfaisantes dans le passé, il peut facilement aller d’un extrème d’idéalisation à un extrême de rejet. Mais le risque posé par ce type de relation en vaut la peine, car c’est à ce prix que l’étudiant entretiendra et développera son idéal.

 

Comment s’ajuster à la perte de grandiosité et d’idéalisation

 

Comment nous, les astrologues, pouvons-nous gérer ces importantes questions, liées aux attitudes ambivalentes (strange) de notre culture envers notre art?

 

1.    Nous devenons des experts, recherchant de nouvelles idées astrologiques, pour être fin prêts à répondre à toutes les questions de nos clients. Nous étudions des centaines de techniques différentes provenant d’une douzaine de systèmes, cherchant la méthode infaillible! Le mot d’ordre est de ne jamais se faire prendre en flagrant délit d’ignorance! On peut aussi suivre des cours de relation d’aide, afin d’endiguer l’angoisse générée par nos propres consultations.

 

2.    Nous nions notre propre ombre, à travers nos doutes sur nous-mêmes en tant qu’astrologues, ou encore sur l’astrologie elle-même. Ou on projette nos manques sur d’autres astrologues. Les exemples abondent : les astrologues humanistes croient que les astrologues prévisionnels sont creux et insensibles; les astrologues prévisionnels croient que les astrologues spiritualistes sont le jouet de fantaisies de type guru; les astrologues de l’élite croient que les astrologues pratiquant l’horoscope vendent leur âme au  diable- et la ronde continue! L’important étant de pouvoir projeter ses propres inepties sur quelqu’un d’autre…

 

3.    Puis, nous abandonnons. Nous perdons espoir parce que nous ne pouvons nous perfectionner suffisamment dans un délai raisonnable. Plusieurs personnes commencent à étudier et pratiquent l’astrologie, mais plusieurs ne poursuivent pas.

 

4.    Nous cherchons à compenser le manque de légitimité de l’astrologie en mettant l’emphase sur ses aspects culturels, historiques, psychologiques ou légitimes.

 

5.    Nous prenons un emploi qui est plus « légitime » socialement, en espérant que cet emploi nous donne « patte blanche » face à un interlocuteur,  pour aborder par la suite le controversé sujet de l’astrologie.

 

6.    Nous nous impliquons au niveau politique, au sein d’organisations astrologiques.

 

7.    Nous ne faisons confiance qu’à d’autres astrologues et aspirons à devenir des leaders dans notre milieu. Toutefois, l’ombre guette sous forme de luttes de pouvoir.

 

8.    Il est facile de verser dans une sorte de paranoia bien pensante. (self-righteous). Il est intéressant de noter que les sociétés de sceptiques font la même chose. Nous devenons les victimes de la société qui nous entoure.

 

9.    Nous acceptons de compromettre notre pratique astrologique en abaissant nos standards de qualité pour rencontrer les attentes de la culture populaire; ceci nous permet de mettre du beurre sur notre pain tout en faisant un peu de bien autour de nous. Cette pratique plus populaire s’échelonne entre éducation véritable et charlatanisme cynique.

 

Y a-t-il des solutions?

 

Oui, elles existent. Ne désespérez pas!

 

Nous avons besoin de comprendre que plusieurs de nos difficultés sont normales. Pour naviguer à travers les difficultés émotionnelles inhérentes à notre profession, nous devons nous responsabiliser face à l’ombre de notre estime de soi vulnérable, sans la projeter sur les autres. Nous avons tous nos histoires, nos forces et nos faiblesses; nous devons nous donner, à tous et à chacun, de la place pour grandir, trouver nos solutions et nous soutenir mutuellement.

 

En tant qu’astrologues professionnels, nous devons nous engager dans une activité personnelle qui permet une auto-critique et une image juste de soi-même, une psychothérapie ou une pratique spirituelle. Parmi toutes ces possibilités, nous avons tous nos préférences et nos styles, qui peuvent changer d’une période à une autre.

 

Au bout du compte, nous pouvons apprécier et utiliser la connexion entre l’astrologie et un monde encore plus vaste que le « vrai » monde. Nous devons nous rappeler notre intention première dans notre travail d’astrologues et , pour certains, de guérisseurs. Ceci nous inspirera à grandir, en nous connectant à la dimension cosmique. Ainsi, nous pourrons travailler avec audace et force.

 

 

 

Texte traduit par Carole Lalonde, astrologue et membre d’ORIAN.