Astro-musicale

Astro-musicale

L’harmonie des sphères célestes
Première partie

Depuis l’Antiquité la musique fait partie de notre vie, de l’enfance à l’adolescence, à l’âge adulte et même jusqu’à la mort, notre démarche, du matin au soir, est toujours accompagnée par la musique. L’humain est le seul, si on exclu le perroquet, qui peut chanter ou siffler une mélodie démontrant ses états d’âme, proclamer ses sentiments amoureux ou patriotiques, autant sa joie que sa peine, etc.

Du fond des âges, nous savons que la musique avait sa place et cela dans toutes les sociétés et les continents. Mais la structure de la musique n’a pas toujours été telle que nous la connaissons aujourd’hui, loin de là. Avant Pythagore et même en Chine 2 500 ans avant Jésus-Christ, la gamme n’avait que cinq notes, une sixième note a formé la nouvelle gamme et ce n’est que depuis quelques siècles que nous avons la dernière note, soit le SI.

La première musique qui avait la cote acceptable pour les tenants du pouvoir ecclésiastique était le Grégorien, soit le chant considéré comme étant le plus pur, parce qu’il n’y est pas inclus de dièse ni de bémol, et qu’il est soutenu par une portée de quatre lignes seulement alors que le chant moderne en possède cinq et s’écrit avec des dièses et des bémols selon le mode de musique que l’on veut produire. (Une petite visite sur Wikipedia-thème musique vous renseignera à profusion).

Donc, le chant moderne nous est venu en tout dernier et c’est celui qui est employé majoritairement dans le monde entier, pour le moment parce qu’il pourrait y avoir, un de ces jours, une nouvelle modification qui pourrait enrichir nos mélodies.

Alors, le chant moderne comprend une portée de cinq lignes sur lesquelles il est accroché des notes qui, selon leur forme, sont rapides ou lentes, changent de tonalités selon qu’elles sont assujetties à un dièse ou un bémol et parfois à un bécarre selon l’harmonie que l’on veut bien lui donner. Chaque note possède un certain nombre de vibrations pour la différencier d’avec les autres. La gamme, telle qu’on la connaît, est formée de sept notes que tous connaissent pour l’avoir chantée en vocalise, soit Do, Ré, Mi. Fa. Sol, La, Si. S’ajoute aussi les demis tons soit Do#, Ré#, Fa#, Sol# et La#.

Maintenant, si vous m’avez suivi jusqu’ici, vous savez que la gamme comprend sept notes de bases et cinq demis tons ce qui nous en donne douze. Sur le clavier du piano il est facile de constater la gamme complète en partant du Do, qui est la note qui précède le groupe de deux notes noires, et en touchant à chacune des notes suivantes jusqu’au Si qui est la dernière de la gamme, ainsi, nous constatons qu’il y a vraiment douze notes dans la gamme nommée chromatique. Tout comme la musique, l’astrologie a évoluée à travers les âges.

Si je vous donne tous ces renseignements sur la musique et sa composante, c’est dans le but de répondre à une gentille demande que m’avait faite une bonne amie de notre groupe d’astrologues avec laquelle j’avais effleuré le sujet, soit la musique et l’astrologie, et y voyait une richesse utile pour tous les astrologues.

Le zodiaque astrologique comprend, lui aussi, douze signes, ce qui est très significatif pour notre besoin de recherche du lien entre la musique et notre art. Douze signes et aussi douze maisons astrologiques reliées à douze notes musicales, voila qui porte à la réflexion.

Première question; à quel signe astrologique et maison doit-on donner la première note ? Grande question qui vous vient tout de suite à l’esprit ! Cela demande une réponse qui comprend douze volets qui se tiennent, qui se suivent, que chaque note réponde à la résonance du signe ou de la maison qu’elle représente.

Dans l’idée de plusieurs le Bélier semble être le premier signe auquel on doit attribuer le Do. D’autres avanceront le Capricorne ou d’autres signes selon l’idée que l’on se fait de la valeur ou du poids que l’on accorde à un signe premier.

Pour plusieurs raisons, il est surprenant de constater que, pour notre propos, c’est le Sagittaire qui est le premier signe et son corollaire la neuvième maison ainsi que son gouverneur Jupiter qui possède le Do de la gamme, oui, chaque planète possède la note du signe dont elle est le gouverneur.

Pour reconnaître le Sagittaire comme le premier signe il faut tenir compte du symbolisme qu’il représente. Un être mi-homme mi-animal qui a trempé le bout de sa flèche dans les tisons du feu rouge qu’il représente, qu’il lance au loin, au hasard, et vers laquelle il s’élance pour constater le résultat de son geste.

Il en résulte un nouveau feu qui prend une explosion immédiate et provoque une nouvelle vie; la conjonction d’un spermatozoïde avec un ovule qui engendre une nouvelle vie. Voilà l’esprit d’aventure et d’une certaine liberté, qui caractérisent le Sagittaire et son besoin d’expansion. Il faut se rappeler que, selon la marche, la multiplication logarithmique de cette cellule, son expansion est de près de mille fois à la minute et qu’elle résorbe sa vitesse de croissance au point qu’à la naissance elle n’est que de cent fois à la minute. Les personnes qui ont pratiqué la rectification de l’heure de naissance selon la méthode de M. A. T. Mann comprennent le processus de ce phénomène naturel.

Ă€ suivre
Robert Ducharme